Donald Trump va taxer les produits Européens - LRA
15907
post-template-default,single,single-post,postid-15907,single-format-standard,bridge-core-1.0.6,mkd-core-1.3.3,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-18.2.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Donald Trump va taxer les produits Européens

Taxes-Europe

Donald Trump va taxer les produits Européens

À compter du 18 octobre 2019, les Américains entendent imposer des nouveaux tarifs douaniers censés sanctionner quelques pays de l’Union Européenne. Découvrez les raisons de cette décision, les produits concernés et les conséquences possibles de ces sanctions envers l’Europe.

Pourquoi le président américain impose-t-il une taxation ?

 

Suite au conflit qui opposait Boeing à Airbus, depuis plus de vingt ans, l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) a rendu son verdict. En effet, l’organisation a condamné quatre pays membres de l’Union Européenne pour avoir subventionné illégalement le constructeur Airbus. Il faut rappeler que cette concurrence déloyale a engendré des pertes financières aux États-Unis à hauteur de 7,5 milliards de dollars. L’OMC a donc donné son autorisation au gouvernement américain d’imposer des sanctions douanières sur certains produits européens.

Et face à cette victoire, Donald Trump n’aura pas attendu longtemps pour appliquer ces pénalités contre la France, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Le président américain a prévu que ces nouveaux tarifs douaniers entreront en vigueur dès le 18 octobre prochain. Des produits estimés à 6,8 milliards d’euros provenant essentiellement de ces quatre pays européens seront surtaxés.

 

Quelles catégories de produits sont concernées ?

 

Environ 150 catégories de produits devront se soumettre à ces droits douaniers. À commencer par les avions civils qui subiront une majoration de 10 %, les pièces d’avions seront épargnées. Les autres produits agricoles et industriels seront taxés à 25%. Dans la liste ces produits, on retrouve les vins, les saucisses, les olives et les fromages français, mais aussi allemands, espagnols et italiens. Les différents types d’outils fabriqués en Allemagne comme les machines, les matériels de photographie, les tournevis, etc. Le Royaume-Uni, quant à lui, sera pénalisé sur le whiskey écossais ainsi que les produits textiles : anorak, draps, maillots de bain… Les autres pays de l’union européenne seront également visés par ces sanctions, sur des produits agroalimentaires tel le beurre, les yaourts, les pêches et beaucoup d’autres produits.

 

Quels sont les impacts de cette sur-taxation ?

 

Cette décision prise par Washington affectera sans doute l’économie mondiale déjà en danger avec la guerre commerciale sino-américaine. Ceux qui en souffriront, en premier lieu, seront les entreprises américaines. Déjà, peu après l’annonce des tarifs punitifs, certaines compagnies aériennes américaines ont pu observer leurs actions chuter en bourse. La compagnie Delta Airlines, qui est cliente d’Airbus, a déclaré que ces tarifs allaient entraîner de lourds préjudices économiques. Les consommateurs américains rencontreront aussi une hausse des prix pour les produits importés d’Europe. En Europe, les PME sont les plus touchés par ces mesures. Et une dépréciation de l’euro face au dollar sera le résultat d’une confrontation des deux monnaies dans l’offre et la demande. Outre ces sanctions tarifaires, les États-Unis pourraient bien imposer une sur-taxation supplémentaire sur les pièces détachées et voitures européennes. Mais cette décision ne sera pas prise avant le 13 novembre.

 

Comment l’Europe compte-t-il réagir ?

 

D’un côté, les responsables européens souhaitent négocier afin d’établir un accord avant la date de mise en application de ces nouveaux tarifs douaniers. D’un autre côté, l’UE se tient prêt pour y répondre fermement. Cette dernière affirme ne pas avoir le choix que d’imposer à son tour des tarifs douaniers élevés sur les produits américains.

Par ailleurs, l’OMC doit encore se prononcer sur les subventions indues qui ont été versées à Boeing par le gouvernement américain. Ce qui renforcerait un peu plus le bras de fer entre l’Amérique et les pays européens.

No Comments

Post A Comment