UMMC : pionnier russe de l’industrie du cuivre - LRA
16118
post-template-default,single,single-post,postid-16118,single-format-standard,bridge-core-2.2.3,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive

UMMC : pionnier russe de l’industrie du cuivre

industrie-du-cuivre

UMMC : pionnier russe de l’industrie du cuivre

La Russie fait partie des rares pays au monde où les ressources naturelles présentent autant de diversité. Et en l’occurrence, ces ressources constituent le principal levier de développement du pays. Au pays des tsars, ce sont les entreprises locales qui sont au premier rang de l’exploitation de ces richesses. À l’heure actuelle, l’une des plus importantes est la holding UMMC. Spécialisée dans l’exploitation du cuivre, mais pas que ; elle dessert l’entièreté du territoire à travers 40 différentes entreprises.

Un poids inébranlable sur le marché russe

Bien évidemment, l’immensité des ressources naturelles de la Russie est le principal facteur de développement d’une entreprise telle que UMMC. Certes, le cuivre est son domaine de prédilection depuis sa création en 1999, mais la holding se positionne également sur l’or, l’acier, le zinc, le charbon et l’argent. Elle s’étend ensuite au-delà des ressources minières et des métaux précieux pour explorer le secteur de la métallurgie, des terres rares et de la construction mécanique.

Le groupe dirigé par Iskander Makhmudov l’un des hommes les plus riches et les plus puissants de Russie, emploi aujourd’hui plus de 80 000 personnes. Cette richesse en ressource humaine lui permet de figurer dans chaque étape du mécanisme d’exploitation des ressources (de l’extraction à la réalisation de produits finis).

Grâce à son dynamisme et au talent de ses cadres, elle a pu s’imposer non seulement en Russie, mais aussi fait son bonhomme de chemin à l’échelle internationale. Ainsi, en ce qui concerne les ressources naturelles, elle a connu une importante évolution et peut être considérée comme l’une des entreprises les plus cotées au monde.

Une expansion menée de main de maître

Comme susmentionnée, la progression est nette. Dans cette optique, la holding a pris conscience du fait que pour continuer de figurer, il fallait mettre en place une politique de diversification parfaitement rodée. De ce fait, outre l’exploitation du cuivre qui est indispensable dans différents domaines tels que la téléphonie mobile et l’agriculture, à su identifier et se positionner autour d’autres ressources essentielles.

Par ailleurs, le milliardaire russe a en parallèle pu insuffler à son organisation une vision philanthropique. L’entreprise participe ainsi au financement d’événements de diverses institutions caritatives, aux événements culturels, sportifs et aux actions de protection de l’environnement.

À l’interne, elle participe à l’épanouissement de son personnel en développant le sens de l’écoute. L’entreprise contribue également de manière active au progrès des régions russes d’où elle tire ses ressources. C’est le cas de la Sibérie et de l’Oural et la Sibérie où son activité économique est relativement importante.

Bon à savoir : exemple de source de financement d’une entreprise

Le capital social

Il s’agit de la principale source de financement pour la plupart des entreprises et notamment pour les grandes sociétés.

Le capital social représente l’ensemble des avoirs que les différents associés dédient à la mise en place de leur entreprise. Cette somme a pour but de rester durablement au sein de la société sans être restituée. Les différents associés n’auront la possibilité de récupérer leurs fonds de départs que sous certaines conditions.

Soit s’il y a un boni, soit en cas de liquidation de la société, via la vente d’action, de parts sociales, de titres perçus en échange des différents apports. Il est également possible de récupérer leurs mises initiales de façon exceptionnelle à travers une baisse de capital.

Toutefois, il est possible que le capital social soit fourni sans qu’il ne soit entièrement libéré. Il ne revient qu’à chaque associé de prendre la résolution de mettre à disposition les fonds. En fonction du type de société, la loi énonce un certain nombre de modalités à savoir les délais pour différer les sommes libérées.

No Comments

Post A Comment